• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Grands artistes musulmans
  • Les principaux Anges en Islam
  • Le sens de la Chahada en Islam
  • Le Mariage en Islam
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  •  

    Enceinte malgré la pilule ?

    Martine Nawrat, animatrice au planning familial à Paris, revient sur le rapport remis mardi à la ministre de la Santé, pointant les « échecs de la contraception ». « Personne n'est à l'abri d'un oubli de pilule », rétorque-t-elle.

    La diffusion massive de la contraception n'a pas fait diminuer le nombre des interruptions volontaires de grossesse (IVG), qui se maintient aux environs de 200 000 par an. C'est le constat paradoxal que dresse aujourd'hui l'inspection générale des affaires sociales (Igas) dans son rapport remis à la ministre Roselyne Bachelot.

    Sur le terrain, Martine Nawrat, animatrice au planning familial à Paris, n'est pas du tout surprise par cet état des lieux. Entretien.

    72 % des femmes qui recourent à une interruption volontaire de grossesse étaient sous contraception. Ce chiffre, pioché dans le rapport, est effarant...

    Non, il correspond à une réalité quotidienne. Tous les jours, au planning, on voit arriver une femme au moins qui est tombée enceinte alors qu'elle prenait la pilule.

    La pilule n'est donc pas un moyen de contraception sûr ?

    Si, mais à condition de bien l'utiliser. A commencer par ne pas l'oublier. Des femmes viennent nous voir catastrophées. Elles prennent la pilule depuis cinq ou dix ans, l'oublient un jour en se disant "c'est pas grave, je la prend depuis tellement longtemps". Et paf, elles se retrouvent enceinte... Autre classique : après une rupture amoureuse, la femme ou la jeune fille arrête la pilule. Puis le copain revient et ils oublient qu'elle n'est pas protégée.

    Ce rapport de l'Igas a le mérite de rappeler que tout le monde est concerné. Aujourd'hui, l'avortement est montré du doigt, les femmes s'entendent dire "maintenant avec tous les moyens de contraception... il suffit de prendre ses précautions". On se rend compte que ce n'est pas si simple...

    La pilule est le mode de contraception le plus répandu, représentant près de 60% de la couverture contraceptive. Faut-il préférer d'autres moyens, comme le stérilet, l'anneau ou le patch qui évitent une prise quotidienne et donc le risque d'oubli ?

    Pas forcément. Le meilleur contraceptif est celui que la femme choisit. Certaines ne supportent pas l'idée d'avoir un stérilet ou un anneau dans le corps, d'autres y voient un confort. Tout dépend, il n'y a pas de règle. Mais pour s'approprier un moyen de contraception, encore faut-il pouvoir faire son choix...

    Que voulez-vous dire ?

    Encore faut-il être bien informée. On le constate tous les jours: les femmes -tout âge et catégorie sociale confondus- manquent d'information. Au planning familial, nous avons mis en place des «accueils collectifs». On reçoit les femmes par petit groupe pour leur présenter les différents modes de contraception. Et répondre à des questions simples: que faire quand on oublie la pilule? Rappeler des règles de base: si vous vomissez, même trois heures après avoir pris la pilule, vous n'êtes pas protégée. Ou lutter contre des idées préconçues : "non, il n'est pas dangereux de mettre un stérilet avant d'avoir eu un enfant".

    Roselyne Bachelot déclarait ce matin vouloir « mettre le paquet » dans l'éducation sexuelle à l'école. C'est une bonne chose ?

    Qu'elle commence à appliquer les textes qui existent déjà ! Une circulaire ministérielle prévoit que les animateurs du planning familial interviennent trois fois par an à l'école... On en est loin dans la réalité. Nous, à Paris, on se bat pour y aller au moins deux fois dans l'année. Et je ne suis pas sûre que la situation soit mieux dans les autres académies...

    Que proposez-vous ?

    Il faut multiplier les campagnes d'information, à tous les niveaux: pour les jeunes bien sûr, filles et garçons. Mais aussi les femmes mûres... Cela passe par le gynécologue mais aussi le généraliste. Les professionnels doivent prendre le temps d'expliquer, de conseiller.

    Il est souhaitable aussi que tous les modes de contraception soient remboursés par la Sécurité sociale. On voit trop de femmes prendre la pilule par défaut (certaines sont remboursées).

    A Lire également :

    Fin du Ramadan 2022 : l'Aïd el-Fitr fixé au lundi 2 mai en France

    Le Ramadan 2022 débute le Samedi 2 Avril

    Fin du Ramadan 2021 : l'Aïd al-Fitr acté pour jeudi 13 mai en France

    Le Ramadan 2021 débute le Mardi 13 Avril

    La CPI ouvre une enquête sur des crimes présumés dans les territoires palestiniens

     

    Tout les articles

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 6116226
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC