• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Moussa (Moïse) en Islam
  • Les principaux Anges en Islam
  • Témoignage convertis
  • Les interdits en Islam
  • X-Poll
  • Non, boire un verre de vin par jour n’est pas bon pour la santé ...
  • Le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers ...
  • Océane, convertie à l’islam : « Si nous étions tous des fous enragés... » ...
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  •  Imprimer

    Déclin et disparition d’une dynastie

    Comme pour la majorité des dynasties ayant acquises un territoire relativement étendu (Omeyyade, Abbasside,…), devenu de ce fait sujet aux révoltes ou aux invasions de toute sortes, les Fatimides finirent par perdre progressivement le contrôle de leur royaume.

    Aussi, en 1040, les Zirids (alors gouverneurs du Nord de l’Afrique sous l’autorité des Fatimides) déclarèrent leur indépendance et leur conversion à l’Islam Sunnite. Le califat décida donc de faire appel à la tribu bédouine égyptienne des Banû Hilal afin de rapidement maitriser cette rebellion. En 1070, les Fatimides durent affronter les invasions turques, de mêmes que les croisades chrétiennes, amenant à une perte progressive de leur territoire, jusqu’à ce que ce dernier ne soit plus constitué que de l’Egypte seule.

    Après la perte de leur influence politique en 1160, les Fatimides disparurent à la suite de l’envahissement de la l’Egypte par Shirkuh ( ?-1169), général de l’armée de Nur ad-Din (1118-1174), membre de la dynastie turque des Zengides. Shirkuh est aussitôt nommé vizir d’Egypte en 1169. A la mort de Shirkuh, c’est son neveu Saladin (1138-1193) qui reprendra le pouvoir, amenant le commencement de la dynastie des Ayyubides, qui disparaitra elle aussi moins d’un siècle plus tard, en 1260, à l’issue de la bataille d'Aïn Djalout, gagnée par les mamelouks, qui permirent ensuite au califat Abbasside de se rétablir en Egypte.

    Développement culturelle

    De la même façon que leurs homologues Abbassides faisaient l’éloge du savoir et entretenaient les nombreux savants qui ont contribué à faire de leur règne celui de l’âge d’or de l’Islam, les Fatimides facilitèrent le développement de la littérature et de la science en général sur leur royaume. Véritables mécènes, les califes Fatimides entretenurent de nombreux écrivains et poètes comme Ibn Hâni’ al-Andalusî (?-973) ou encore Emara al-Yamane (?- ?, elle vécut pendant le règne du calife Al-Fa'iz de 1154-1160), mais contribuèrent également à l’écriture et à la sauvegarde de nombreux documents et ouvrages scientifiques, juridiques, géographiques ou encore historiques.

    C’est également le calife Al-Hakim bi-Amr Allah qui fut responsable de la fondation de la « Maison de la Sagesse » (Dâr al-Hikma) en terre d’Egypte, véritable lieu d’échange culturel où juristes, scientifiques, astronomes, médecins et mathématiciens de toutes origines pouvaient partager librement leur savoir et faire considérablement avancer les connaissances dans les différents domaines abordés.

    Auteur: Souhayl.A & Lionel.J
    Cet article a été déjà consulté 29209 fois
     

     

    Page Précédente                Page : 1 | 2           

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 5951133
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC