• Qui sommes-nous ?
  • Nous Ecrire
  • Livre d'Or
  • Glossaire
  • Videos
  • Le mois de Ramadan
  • Les prières quotidiennes
  • Les interdits en Islam
  • Démarche conversion
  • La Mort dans l' Islam
  • Témoignage convertis
  • X-Poll
  • La théologie de la libération de Munir Chafiq ...
  • Le nouveau pouvoir des francs-maçons ...
  • Sondage : Islam et Sexualité H/F ...
  • Voltaire favorable à l’Islam ...
  • Travaille et ferme-la ...
  •  Imprimer

    Bilal (cadre commercial)

    Salam alaykoum,

    J'ai été élevé dans la tradition catholique. Ma mère était trés fervente et notre enseignement religieux quotidien. Adolescent, je désirais devenir prêtre, avant de tout renier violemment. J'ai critiqué les dogmes catholiques et ses mystères.

    J'ai vécu une longue période d'errance spirituelle bien que mon proche environnement amical était de culture musulmane. Rebelle au christianisme quoique curieux des religions, je questionnais mes amis sur leur religion, l'Islam.

    J'ai beaucoup lu, j'ai essayé de comprendre ce qu'était l'Islam.
    Je vivais dans le péché et la plupart de mes actes n'avaient rien de nobles : je mentais, trahissais, trompais...
    Au fond de moi, j'avais la certitude que le Coran était la Révélation faite aux Hommes, que Mohamed (pbsl) était le Prophète de Dieu, que Dieu n'était qu'Un.

    J'étais suffisant et fainéant. Je ne voyais en la Foi que des contraintes. Pourtant, je savais qu'un jour, j'embrasserai l'Islam. Une femme m'a ouvert les yeux et sorti de ma torpeur. Elle était (elle est toujours) musulmane. Elle m'a offert de nombreux livres et guidée vers la Voie de la Raison.

    J'ai rencontré un Imam avec qui j'ai suivi des cours d'initiation à l'Islam. Cours après cours, mon esprit s'envolait et mes yeux s'entrouvraient. J'avais honte d'être resté aussi longtemps dans le noir. J'avais fait tant de mal autour de moi, à celle que j'aime. Je m'étais fait tant de mal par ignorance et lâcheté. Cours après cours, ma Foi se renforçait.

    Aujourd'hui, je vis mon premier Ramadan, j'ai appris à prier et y trouve recours et confort. Je suis heureux. Ma vie prend un sens et mon désir d'apprendre encore sur l'Islam, d'approfondir mes faibles connaissance, de faire partager ma croyance m'animent.

    Je remercie Dieu de m'avoir permis ce sursaut dans ma vie.
    Je remercie ma femme d'avoir prié et cru en moi.
    Je remercie tous ceux qui m'aiment.
    Dieu vous garde et vous préserve.
    De tous coeurs avec vous,

    Bilal

    Anissa (Etudiante)

    Assalamu Alaykoum tout le monde.

    Je m'appelle Anissa, je suis issue d'un métissage Italien Algérien. Ma mère, qui est Italienne est née de parents protestants et chrétiens, seulement elle n'a jamais vraiment cru en l'existence de Dieu. Mon père lui ne pratique plus, par manque de force ou de temps, alors que pour Allah il y a toujours du temps. Cela fait maintenant presque un an que je pratique l'islam, car comme Stéphanie, mes parents m'ont laissé dans l'ignorance de la religion et aujourdhui Al Hamdoulilah j'ai trouvé réconfort auprès de Allah subhan'Allah.

    Je trouve que se convertir est faire preuve de sagesse et de courage, car pour certaines soeurs, le parcours à la conversion est difficile car cela entraine des conflits familiaux ou autre... Pour ma part, ma Mère n'est pas contre le fait que je vais au jamah, ou que je prie, etc ..., mais en revanche elle a peur (et cela a cause des clichés), que je sois comme entouré d'une secte...

    Mon père lui non plus n'y voit pas d'inconvénient, mais a peur que je me marie et que je soit prisonière d'un mari autoritaire. Je trouve leur réaction étonnante, car je ne pense pas que nous ne soyons pas ouvert d'esprit, surtout en ce 21e siècle.

    Je souhaite bon courage à toutes les soeurs et a tous les frères, et incha'Allah le bon chemin pour Nous tous.

    Témoignage transmis le 10/06/2009

    Témoignage d'une étudiante anonyme

    Salam alaykoum chers frères et soeurs musulmans, chers musulmans en devenir.

    Mon histoire semble assez proche des récits que j'ai pu lire sur ce site. Tout comme beaucoup d'entre vous je suis issue d'une famille dite chrétienne même si je n'ai jamais entendu parmi elle une discussion théologique ou se rapprochant.

    De plus, la religion était quelque chose de tabou. Le christianisme a tellement été falsifié par les hommes qu'il en est de nos jours truffé d'incohérences et franchement difficile à croire d'un bout à l'autre pour des gens doués de raisons. Y croire relevait donc de la faiblesse mentale... c'est en tout cas ce qu'on me laissait penser. Les seules fois où ma mère me parlait de Dieu c'était lorsque nous étions dehors, par un temps printanier ou estivale, en me disant: "regarde cette coccinelle, et bien c'est la bête du bon dieu", rien de plus, rien de moins. Alors étant une enfant curieuse et avide de savoir, je lui rétorquais: "Pourquoi elle ?", "Parce qu'elle est gentille" me répondait-elle. "N'y a-t-il donc pas d'autres animaux appartenant à Dieu?" et là, elle ne savait quoi me répondre, j'étais alors dans l'obligation d'en conclure que seuls les animaux inoffensifs appartenaient à Dieu mais rien que ça sonnait faux dans mon esprit.

    Ma foi était certes existante. Un jour, je devais avoir une dizaine d'année, ma petite soeur trois ans de moins et je demandais à ma mère si les gens qui n'étaient pas baptisés iraient au Paradis, elle me répondit que logiquement non, alors j'ai pris peur pour ma petite soeur car elle, elle n'était pas baptisée contrairement à ma soeur aînée et moi. J'ai appris par la suite que pour baptiser un enfant, il faut traditionnellement faire une grande réception et inviter toute la famille, chose impossible financièrement et relationnellement car toute la famille était en froid. Le sort de ma petite soeur tant aimée était donc sellé à cause de stupide conventions sociales ??? Je m'y refusais et tachais de chercher une solution au rachat de son âme, réclamant au passage ma communion, mais ça c'était moins important pour aller au Paradis semblait-il...

    Les années passèrent, je demeurais une enfant en quête de vérité, ma foi perdurait, l'adolescence était là, comme une couche de plus sur le flou de la vie mais en même temps, cette rébellion qu'apporte cette période faste m'a permis d'ôter les barrières des tabous et de réfléchir selon mes propres données et non celles établies par les générations avant moi.

    Je considérais toujours ma foi comme étant chrétienne car avec certains préjugés et idées préconçues, une religion était liée à une ethnie etc. La faute était donc sur les hommes qui avaient rendu le christianisme si controversé. Vers 15 ans, après la mort de ma grand-mère qui "m'obligeait" à prier pour la paix de son âme tous les soirs avant de m'endormir, ainsi que pour le bien être de ma famille, alors que mon envie de savoir devenait de plus en plus fort, je me dis: il serait temps de se procurer une Bible mais surtout d'aller à l'église. En même temps au lycée (j'étais alors en classe de seconde), on étudiait en histoires les religions monothéistes, c'est alors que lors de débats je n'eus plus peur de clamer ma foi en un Dieu. La conversion était également dans mon esprit car nous étudiions le christianisme, le judaïsme et l'islam. Il m'a donc parut logique de suivre la chronologie en me rapprochant de la dernière à avoir été révélée, la vraie, la juste, l'Islam. J'ai alors soumis mon projet à mes nombreux amis et camarades de classe de l'époque, la conversion n'étant pas une chose courante à cette époque, personne ne savait me dire si oui ou non je faisais le bon choix, et puis même, ce n'étais pas à des ados qui ne pensaient qu'à satisfaire leurs plaisirs terrestres que j'allais demander conseils là-dessus.

    Ce passage à l'église et l'achat de la Bible dont je parlais tout à l'heure ne se firent pas car la peur de me retrouver au milieu de personnes aux cheveux gris et priant car la mort s'approche inévitablement d'elles ne m'enchantait guère. Je n'avais aucun chrétien pratiquant dans mon entourage, ni jeune, ni vieux, mais surtout aucun jeune ! Cela me semblait d'autant plus difficile. Je demandai alors à Dieu quoi faire. Et le plus naturellement qu'il soit, il me dirigea vers une amie d'enfance qui n'était non pas chrétienne mais... musulmane, sobhanallah !!

    Je pensais à elle, je prévoyais d'aller la voir sans tarder, pendant ce temps tous les préjugés concernant l'islam, cette religion que je connaissais sans vraiment connaître se sont évanouis. Ma foi a enfin pu mettre un nom sur ce qu'elle était. Tout ce que j'appris aux côtés de cette amie me paraissaient fantastiques, magiques, et tellement vrai et logique que j'en étais émue à chaque visite chez elle.

    Je suis donc devenue musulmane, c'était quelque chose comme le 17 ou le 18 mai 2004, al hamdoulillah, je ne m'en suis jamais sentie mieux que le jour où je suis devenue musulmane.

    Ma famille a eut du mal, mon père ne vivant pas avec nous, son opinion ne m'intéressait guère, ma mère l'a très bien pris, aujourd'hui encore elle veille à acheter de la viande halal pour ma petite soeur cadette de trois ans qui vit toujours sous le toit familial car elle s'est convertie quelques mois après moi al hamdoulillah, ma grande soeur elle, s'est convertie le même mois que moi sobhanallah, ne reste à faire l'effort sur notre maman qui n'est pas si loin de l'Islam finalement ainsi que sur la petite et demie (nous n'avons pas le même père) soeur de treize ans ma cadette.

    Aujourd'hui je suis mariée al hamdoulillah, j'ai 21 ans et je profite chaque jour du savoir et de la sagesse de mon mari. J'attends avec impatience le moment où nous fondrons notre famille, j'ai tant besoin d'inculquer à autrui ce que l'on ne m'a pas inculqué à moi étant enfant: le savoir, l'existence de Dieu, et son application réelle. En attendant je fais dou'a pour les gens qui sont "entre-deux eaux" et je me dis souvent en croisant des jeunes filles converties ou non, que l'Islam mérite à être connu car c'est une grande perte de ne pas l'avoir dans son coeur et dans ses pensées.

    Pour finir je conclurais que le chemin aura été long et parfois difficile mais il en valait la peine, ô que oui...

    Assalamou alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatou mes biens chers coreligionaires

    Témoignage transmis le 02/05/2009

    Célèbres convertis francophone
    Célèbres convertis dans le monde

     

    Page Précédente                Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12            Page Suivante

    Proposer un témoignage

    Email (obtenir une confirmation par mail)

    Fonction (Femme au foyer, Salarié, Cadre....)

    Temoignage


    Nous envoyer un témoignage directement par mail

    Dernière mise à jour : 01/08/2014 - Nombre visiteurs : 1666526
    Home  |  News  |  Forum  |  Archives  |  Ce Mois-ci  |  Livre d'Or  |  Liens
    Qui sommes-nous ?  |  Contact  |  Plan du Site  |  Mentions Légales

    Ce site est optimisé pour Mozilla Firefox, Internet Explorer 7, Windows XP - VISTA, et il utilise la police Papyrus, aussi il vous est conseillé de la télécharger ici et de l'installer sur votre PC